U n i o n   d e s   P h o t o g r a p h e s   d e s   M u s i q u e s   I m p r o v i s é e s

L'UPMI a été créée en 2016. Elle regroupe des photographes spécialisés dans les événements musicaux où l'improvisation tient une place significative (le jazz est un terme trop restrictif aujourd'hui pour désigner l'ensemble des musiques improvisées).
Comme les musiciens, ce n'est ni sous la contrainte, ni pour l'appât du gain, mais par passion que nous avons fait le choix de cette famille musicale pour nous exprimer. Mélomanes, nous nous abreuvons de ces musiques. Nous y trouvons beauté, originalité, virtuosité et énergie, toutes nécessaires à notre quotidien. Au plus près de l'actualité, nous sommes présents tout au long de l'année sur de nombreux concerts et festivals et parce que nous sommes curieux, insatiables, vous nous croiserez parfois en simples auditeurs.


Au fil des rencontres, nous avons su tisser des liens amicaux avec certains artistes et acteurs du réseau. Nous avons développé une expertise du domaine qui dépasse de loin la simple compétence technique photographique. C'est pourquoi nous revendiquons haut et fort notre appartenance à un réseau professionnel qui va du musicien au programmateur, de l'ingénieur du son au tourneur.


Hélas !


Tous faisons le constat d'être chaque jour un peu plus évincés. Dispensables voire indésirables en certains lieux, il devient difficile d’accéder aux scènes sans déployer d‘incroyables stratagèmes. Nous sommes perçus comme une variable d'ajustement. Quand il est inconcevable de ne pas rémunérer d'un juste salaire quiconque intervient sur un spectacle, il semble presque toujours inconvenant que le photographe demande rétribution en échange de ses photographies… La liste de nos déconvenues s'allonge quotidiennement.


Pourtant, avez vous un seul instant imaginé à quoi ressemblerait un site internet, un dossier de presse, une plaquette de festival, sans photographie ?

‚Äč

C’est pourquoi nous avons décidé de nous unir afin d'affirmer notre légitime présence, notre savoir-faire, rappeler quelques notions de droit élémentaire mais aussi simplement de courtoisie et émettre une charte des bonnes pratiques qui doit servir l’intérêt de tous, permettre de rendre sereines des situations parfois conflictuelles qui n'ont pourtant pas de raison de l'être. Finalement, retrouver un peu de solidarité entre les différents acteurs d'un secteur mis à mal, il est vrai, par la conjoncture économique et les politiques culturelles, mais que nous aimons tous avec fougue.


 

© 2014-2019 Michael Parque Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur All rights reserved unauthorised copying prohibited